Réseaux trophiques et gestion du milieu marin

Les réseaux trophiques sont des réseaux d’interactions alimentaires entre les espèces consommatrices et leur nourriture (c’est-à-dire les prédateurs et les proies). Le Descripteur 4 (ou D4) aborde les aspects fonctionnels des écosystèmes marins, en particulier les taux de transfert d’énergie au sein de l’écosystème et les niveaux de productivité dans chacun de ses composantes clés (souvent appelées niveaux trophiques). La question des réseaux trophiques est complexe ; elle englobe l’ensemble des organismes vivant dans chaque écosystème, allant des micro organismes jusqu’aux prédateurs supérieurs tels que les oiseaux, les mammifères et les poissons. Alors que le bon fonctionnement des réseaux trophiques marins est une caractéristique essentielle d’un écosystème sain, les techniques de mesure et d’évaluation de leur statut sont à l’heure actuelle très peu développées.

Marine food webs

Source : National Oceanic and Atmospheric Administration

Comment sont-ils pris en compte ?

Dans la DCSMM

L’évaluation des réseaux trophiques a des liens étroits avec l’évaluation au niveau de l’écosystème du Descripteur 1 (Biodiversité), car il englobe les aspects fonctionnels de compléter les aspects plus structurels abordés dans le D1. La pression plus importante sur les réseaux trophiques est peut être celle de la pêche, soit du fait de la surpêche ou de celui de l’extraction sélective de poissons de grande taille. Cela peut influer sur les équilibres normaux prédateur-proie dans les réseaux trophiques et peut parfois conduire à des effets dramatiques lorsque des espèces particulières sont retirées de la chaîne alimentaire. En outre, le changement climatique peut modifier la productivité primaire ou conduire à des changements dans la distribution des espèces avec des effets conséquents sur les réseaux trophiques. Des altérations d’envergure sur des fonds marins (par des perturbations physiques ou la désoxygénation), l’introduction d’espèces non indigènes envahissantes et la pollution par des intrants chimiques peuvent aussi conduire à des changements marqués dans la structure de l’écosystème. Du fait de cet éventail de menaces, le D4 a des liens vers les descripteurs associés aux pressions, en particulier avec les Descripteurs 2, 5, 6 et 8.

Conformément à l’annexe I de la directive, le BEE pour le D4 est atteint lorsque " Tous les éléments constituant le réseau trophique marin, dans la mesure où ils sont connus, sont présents en abondance et diversité normales et à des niveaux pouvant garantir l’abondance des espèces à long terme et le maintien total de leurs capacités reproductives."
DIRECTIVE 2008/56/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 17 juin 2008 établissant un cadre d’action communautaire dans le domaine de la politique pour le milieu marin (directive-cadre « stratégie pour le milieu marin »)

Dans les conventions des mers régionales

Les réseaux trophiques marins n’ont pas le même statut sur la façade atlantique (Commission OSPAR) et sur la façade méditerranéenne (Convention de Barcelone).

  • OSPAR : Plusieurs indicateurs basés sur les réseaux trophiques marins ont déjà été adopté ou sont en construction. La France participe aux travaux de construction en lien avec les leaders européens de chaque indicateur.
  • Barcelone : A l’heure actuelle, les réseaux trophiques marins ne sont pas pris en compte dans la construction d’indicateur. La France défend une position de développement et d’utilisation des indicateurs réseaux trophiques.

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 5 janvier 2017

Visites

6 aujourd'hui
47 hier
28660 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté