Critère 4.3 (groupes trophiques clés)

Le Critère 4.3 décrit l’"Abondance/répartition des groupes trophiques/espèces clés".

Changements des groupes fonctionnels du plancton (formes de vie) (Indicateur Food Web 5 - OSPAR)

Ratios entre formes de vie Consulter la page dédiée à cet indicateur

Changements dans la distribution de la biomasse et des espèces à travers les niveaux trophiques ou la taille individuelle (Biomass Trophic Spectra) (Indicateur Food Web 8 - OSPAR)

BTS sur captures pêche Consulter la page dédiée à cet indicateur

Indicateurs de Layman

Layman et al. (2007) ont proposé une série de six indicateurs pour décrire la structure des niches trophiques des espèces ou des communautés, à partir des diagrammes issus des mesures de δ15N et de δ13C dans leurs tissus.

Suite

Une de ces métriques, l’aire totale de l’enveloppe des points (TA), est une des rares si ce n’est la seule à pouvoir caractériser la diversité des niches trophiques (Cf. figure ci-dessous). Cet indicateur pourrait s’insérer dans le critère 4.3 sous l’aspect "répartition des espèces", car il décrit bien leur répartition au sein d’un réseau trophique. S’il suscite un intérêt croissant dans la communauté scientifique, plusieurs défauts lui ont été reprochés, sans qu’une solution ait été encore apportée pour certains :

  • La taille de la niche d’une espèce et la diversité des niches sont fortement corrélées à la taille de l’échantillon. Jackson et al. (2011) ont solutionné le problème en proposant une approche bayesienne pour dimensionner ces niches (ellipses standardisées ou SEA), permettant ainsi une comparaison de cette aire entre des tailles d’échantillons différentes (Cf. figure). Ainsi, les auteurs recommandent d’effectuer les mesures sur au moins 10 individus par espèce.
  • La variabilité du δ13C des sources de nourriture (plus que du δ15N) modifie fortement le nuage de point, sans pour autant refléter une réduction de la largeur des niches (Hoeinghaus and Zeug, 2008)
  • Problème de la présence aléatoire d’espèces : si par exemple une espèce de poisson pélagique n’est pas présente chaque année, le nuage de points va être fortement perturbé. Même si une autre occupe la même niche ?
  • Ne prend pas en compte la biomasse relative de chaque groupe (équitabilité). Indicateurs de type Layman
Représentation de méthodes classiques (Layman et al., 2007 ; lignes pleines) et de méthodes bayésiennes (Jackson et al., 2011 ; ellipses) pour caractériser la surface des enveloppes d’une même population, pour (a) n = 10 et (b) n = 200. Cette figure illustre l’effet de la taille de l’échantillon, compensé par la méthode bayésienne. Tiré de Jackson et al., 2011.

Bibliographie

  • Hoeinghaus, D. J. & S. C. Zeug, 2008. Can stable isotope ratios provide for community-wide measures of trophic structure ? comment. Ecology 89(8):2353-2357 doi :10.2307/27650761.
  • Jackson, A. L., R. Inger, A. C. Parnell & S. Bearhop, 2011. Comparing isotopic niche widths among and within communities : SIBER - Stable Isotope Bayesian Ellipses in R. Journal of Animal Ecology 80(3):595-602 doi :10.1111/j.1365-2656.2011.01806.x.
  • Layman, C. A., D. A. Arrington, C. G. Montaña & D. M. Post, 2007. Can stable isotope ratios provide for community-wide measures of trophic structure ? Ecology 88(1):42-48 doi :10.1890/0012-9658(2007)88[42:csirpf]2.0.co ;2.

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 5 janvier 2017

Visites

10 aujourd'hui
47 hier
28664 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté