Critère 4.3 : Abondance/répartition des groupes trophiques/espèces clés

L’indicateur 4.3.1 est le seul établi par la C.E. pour le critère 4.3 : Abondance/répartition des groupes trophiques/espèces clés". Il correspond aux "Tendances en matière d’abondance des espèces/groupes sélectionnés importants sur le plan fonctionnel" . L’objectif de cet indicateur est d’évaluer les changements d’abondance des espèces ou groupes jouant un rôle clé dans la structuration des réseaux trophiques. Cet indicateur est relativement proche de certains indicateurs du Descripteur 1 (Biodiversité) mais il intègre également un aspect dynamique en se focalisant sur les tendances d’abondance plutôt que sur les effectifs eux-mêmes.

Ce choix de critère/indicateur est-il scientifiquement pertinent ?

  • A la différence des autres indicateurs du D4 qui se focalisent sur certaines composantes (poissons, top prédateurs), l’indicateur 4.3.1 est le seul à considérer l’ensemble des compartiments identifiés comme importants sur le plan trophique.
  • Dans son état actuel, l’indicateur 4.3.1 est difficilement exploitable car il considère uniquement l’abondance des compartiments biologiques et ne tient pas compte des liens trophiques entre les compartiments. Son approche, relativement proche de celle du D1 (Biodiversité), apporte peu d’informations sur le fonctionnement du réseau trophique.
  • En l’état actuel, un suivi de la biomasse totale par sous région marine ne paraît pertinent que pour un faible nombre de groupes, comme les poissons fourrages ou le plancton gélatineux carnivore.

Indicateur 4.3.1 evaluation
L’indicateur 4.3.1 semble apporter peu d’informations pertinentes sur l’état des réseaux trophiques. Comment interpréter les tendances et agréger les résultats ?

Quelles recommandations peut-on faire pour rendre ce critère/indicateur plus pertinent ?

L’indicateur 4.3.1 reste donc en grande partie à développer. Deux approches peuvent être adoptées pour développer des indicateurs pour le critère 4.3, de même que pour les autres critères :

  • L’approche par composante, telle que suggérée par exemple par l’indicateur FW5 d’OSPAR :"Rapports de biomasses entre les formes de vies".
  • L’approche écosystémique, telle que suggérée par exemple par l’indicateur FW8 d’OSPAR : "Changements dans la distribution de la biomasse et des espèces en fonction du niveau trophique ou de la taille".

Nous défendons l’idée qu’un indicateur tel que le 4.3.1 ne doit pas suivre une seule de ces deux approches, car elles sont toutes les deux complémentaires, mais les deux afin d’obtenir un diagnostic le plus complet possible de l’écosystème. Des propositions sur les indicateurs complémentaires pour ce critère 4.3 sont exposées plus loin.

Pour plus de détails sur cette analyse, merci de vous référer au rapport final sur le BEE du D4.

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 5 janvier 2017

Visites

19 aujourd'hui
35 hier
29593 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés