Calorimétrie

(Extrait du rapport sur les propositions du D4 pour le Programme de surveillance)

Pour évaluer le bon état écologique du D4, raisonner en termes de biomasse (indicateurs 4.2.1, 4.3.1) peut s’avérer peu pertinent pour certains groupes biologiques. En effet, pour certains prédateurs, la qualité de leur alimentation (proies) peut s’avérer aussi importante que la quantité brute consommée (Spitz et al., 2012). Ainsi, plusieurs études permettant d’estimer les tendances de l’indicateur 4.1.1 (Performance des espèces prédatrices clés, sur la base de leur production par unité de biomasse) ont mis en évidence un lien entre le déclin de la productivité de plusieurs espèces de prédateurs et une diminution de la valeur énergétique de leurs proies (Österblom et al., 2008).

A titre d’exemple, dans les eaux françaises, la biomasse de l’anchois et de la sardine (proies de très haute qualité) chute dans le Golfe du Lion, alors que celle du sprat (proie à valeur énergétique plus faible) augmente très fortement. L’augmentation totale de la biomasse des petits poissons pélagiques se verra attribuer un signe de bon état écologique (indicateur 4.3.1), alors qu’en réalité la valeur énergétique totale des proies, disponibles pour les prédateurs est en déclin.

Il apparaît donc judicieux de consacrer une partie des efforts du programme de surveillance à un suivi de la valeur énergétique des proies. Ce suivi est concentré sur les petits poissons pélagiques, là où il est le plus justifié et opérationnel.

petits_pelagiques_PELGAS

Un suivi calorimétrique des petits poissons pélagiques pourrait être effectué à partir des espèces prélevées lors des campagnes de chalutages de fond et pélagiques (ci-dessus, individus capturés lors d’un chalutage de la campagne pélagique PELGAS dans le Golfe de Gascogne). © Philippe Pineau - CNRS La Rochelle

Bibliographie

  • Österblom, H., O. Olsson, T. Blenckner & R. W. Furness, 2008. Junk-food in marine ecosystems. Oikos 117(7):967-977 doi:10.1111/j.0030-1299.2008.16501.x.
  • Spitz, J., A. W. Trites, V. Becquet, A. Brind’Amour, Y. Cherel, R. Galois & V. Ridoux, 2012. Cost of living dictates what whales, dolphins and porpoises eat : the importance of prey quality on predator foraging strategies. PLoS ONE 7(11):e50096 doi:10.1371/journal.pone.0050096.

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 13 mars 2018

Visites

23 aujourd'hui
68 hier
43080 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté